Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

5.3 Paillage animal

  • Témoignages d'éleveurs laitiers sur le paillage animal

    L'utilisation de la plaquette bocagère en litière animale suscite de nombreuses craintes et questions chez les éleveurs :

    • Quel impact sur l'aspect sanitaire du troupeau ?
    • Combien ça coûte ?
    • Comment mettre en oeuvre ?

    L'ADEN (Association de Développement des Énergies Nouvelles), Haiecobois, la Fédération des cuma de Basse Normandie et le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin se sont associés pour l'écriture de cette plaquette résumant l'expérience de deux exploitants agricoles de la Manche utilisant le bois déchiqueté pour le paillage de leurs vaches laitières.

    Fiche à télécharger en cliquant ici 

  • PAILLAGE ANIMAL

    Avec l'augmentation du prix de la paille, certains éleveurs du territoire ont essayé d'utiliser leur production de plaquettes en litière animale. 

    Avec sa capacité d'absorption, la plaquette de bois peut apparaître une bonne solution pour les litière des animaux. En déposant une dizaine de cm sur la paillé, les plaquettes permettent de stabiliser et assécher la litière. 

    3 techniques possibles (Bourgy,2018). :

    • Technique n°1 : les sous-couches : 2 couches de 6-8cm de plaquette bois à 15j - 3 semaines d'intervalle avant la première couche de paille
    • Technique n°2 : le mille feuilles : alternance d'1 couche de plaquette et 1 couche de paille tous les 1 à 2 jours (mille feuille => portance)
    • Technique n°3 : une grosse épaisseur : 1 couche de 20 à 25 cm de plaquette bois à l'entrée des animaux à remuer tous les 8-10 jours (brassage contraignant)

     

    Quel bois utiliser ?

     

    On gagne à donner priorité aux bois blancs (saule, peuplier, tremble, bouleau, noisetier…) et aux résineux. En fait tous les bois conviennent, mais moins ils sont denses et plus ils tendent à être absorbants s’ils sont bien secs. Le bois de chêne et de châtaignier est utilisable s’il provient de tiges âgées de moins de 25 ans encore peu riches en tanin. Au-delà de cet âge, ces essences sont mieux valorisées en bois bûches ou en pieux pour les clôtures.

    La première condition à respecter pour ne pas être déçu par ce type de litière consiste à utiliser des plaquettes les plus sèches possible (15 à 25 % d’humidité) au moment de leur utilisation. Les plaquettes utilisées pour le « paillage » sont en tout point semblable à celles utilisées pour l’alimentation des chaudières. Mais il est parfois recommandé d’avoir un calibrage un peu plus petit (20 mm) que pour les chaudières (40 mm) afin d’obtenir une plus forte capacité d’absorption (D’Alteroche, 2011).