Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2009

Vers des plateformes de stockage "collectives"

Pf2.JPG

 

La première plateforme gérée par l'association Haiecobois a été inaugurée en mars 2009. Elle se situe sur la commune de St Martin de Bonfossé, sur le canton de Canisy et représente une surface au sol couverte de 350m².

A partir de l'exemple de cette plateforme, cette note présente les intérêts d'un tel équipement, son fonctionnement, mais aussi l'implication nécessaire des collectivités pour en mettre en place sur leurs territoires, à l'image de l'action de la Communauté de communes du Canton de Canisy.

 

Principe de fonctionnement de la plateforme de stockage.

Une plateforme est destinée à recevoir le bois « vert », c'est-à-dire directement issu des chantiers de déchiquetage. Le bois sera fourni par les producteurs adhérents dans un rayon maximum de 20 km autour de la plateforme. La plateforme recevra également le bois déchiqueté issu des taillis à très courte rotation (TTCR) de saules de la commune de St Ebremond de Bonfossé. A la réception du bois, la qualité est contrôlée.  Le bois est ensuite stocké et séché pendant au minimum 6 mois dans le bâtiment. Selon les besoins, le bois est ensuite livré à l'utilisateur, ou éventuellement retiré sur place par un client.

 

plaettofme schéma.JPG

 

pf6.JPG

 

 

 

 

 

 

bois qui chauffe.JPG

 

 

 

 

 

 

Intérêts de la plateforme

Le séchage du bois déchiqueté est une étape indispensable avant sa valorisation en chauffage. Jusqu'alors, la seule possibilité des producteurs de bois était de stocker le bois produit sur leur exploitation, en mobilisant ainsi un hangar. Ce stockage est donc particulièrement contraignant et freine bon nombre d'agriculteurs pour produire du bois déchiqueté.

  • Objectif principal: répondre au problème de stockage rencontré par les producteurs et inciter de nouveaux producteurs à s'impliquer dans la filière. Le bois étant livré directement après les chantiers de déchiquetage et géré ensuite par Haiecobois, le travail est également simplifié pour les producteurs.
  • Haiecobois s'est également fixé un cahier des charges précis concernant la qualité des plaquettes vendues : humidité, calibrage, absence de corps étrangers... La dispersion des stocks de plaquettes chez chaque producteur rend actuellement cette gestion de la qualité mais aussi de la quantité des stocks globaux assez délicate.

Objectif : simplifier et optimiser pour Haiecobois la gestion des stocks en quantité et en qualité en réunissant le bois sur un même site.

  • Enfin, une telle plateforme « physique » de stockage va contribuer à concrétiser de la filière auprès des élus et habitants.

Objectif : Elle peut ainsi constituer une « vitrine » pour la filière et encourager le développement des débouchés, tant en paillage qu'en chauffage.

 

Coûts et financements

Cette construction neuve a coûté 100 000€ HT. Pour aider l'association Haiecobois qui ne pouvait pas investir directement dans un tel bâtiment, la Communauté de communes en a pris la maîtrise d'ouvrage. Le loyer appliqué à l'association a été calculé sur la base d'un autofinancement par la collectivité, mais également en mettant gratuitement à disposition le terrain dont elle est propriétaire. Enfin, la Communauté de communes, pour soutenir le démarrage de l'activité de la plateforme offre à l'association la possibilité d'un loyer progressif pendant 5 ans, proportionnel aux volumes de bois stockés. Le coût de ce bâtiment représente pour Haiecobois 3,33€ par m3 de bois vendu.L'aide apportée par la Communauté de communes (mise à disposition du terrain, autofinancement...) représente à elle seule près de  40 000€. Cette implication forte de la collectivité, en complément des aides obtenues dans le cadre du PER (cf. ci-dessous), a donc été essentielle pour permettre à Haiecobois de disposer de cette première plateforme de stockage.

Cet investissement a été également réalisé dans le cadre d'un Pôle d'Excellence Rurale, le programme « Ecosite du Fleurion ». Ce programme, coordonné par le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin, a ainsi pu bénéficier de 40% d'aides, soit 40 000€ provenant de l'Etat (fonds FNADT), du Conseil général de la Manche, de la Région et de l'ADEME Basse-Normandie selon la répartition suivante :

-         Conseil général de la Manche : 5%

-         FNADT : 5%

-         Conseil régional de Basse Normandie : 15%

-         ADEME : 15%

15:25 Publié dans 4.3......Stockage | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.